le journal de christophe p 35Le livret d'orientation de Christophe P.

Chapitre 35 : De mon avenir professionnel à mi-mandat

   Voilà maintenant deux ans que j’occupe le fauteuil de président du conseil général. Si l’heure n’est pas tout à fait venue de dresser le bilan de mon illustre présidence, c’est à coup sûr le moment de réfléchir à mon avenir politique même s’il me reste encore deux longues années à diriger d’une main de fer l’institution départementale.

   Bien évidemment, en parfait apparatchik de la politique, une reconversion dans le secteur privé n’est guère envisageable. Mon avenir professionnel se jouera donc une fois encore sur le terrain politique. Il me faudra pour cela conserver un mandat électif digne de mon rang soit trouver un camarade socialiste conciliant, qui veuille bien me faire embaucher dans une collectivité locale comme ce fût le cas durant de longues années.

    Dans moins d’un an se dérouleront les élections municipales. Comme je l’ai annoncé, je ne briguerai pas le fauteuil de mon plus fidèle adversaire que j’ai déjà affronté à plusieurs reprises avec un succès plus que modeste. Jacques Pélissard, puisque c’est de lui dont il est question, faute de s’être choisi un dauphin pour lui succéder, il postulera certainement pour un cinquième mandat. Il ne sera donc pas aisé pour le candidat socialiste de déloger le premier magistrat qui s’accroche depuis un quart de siècle à son fauteuil. Ajouter à cela la politique du "changement maintenant" conduite par le duo de choc Hollande/Ayrault qui se traduit sur le terrain par un mécontentement général et une bérézina dans les sondages, les chances de victoire de la liste socialiste paraissent bien minces. C’est pour ces raisons, mais également parce que mes ambitions dépassent désormais largement les frontières du Jura que j’ai décidé de ne pas me briguer le poste de maire. Le puiné de l’assemblée départementale remplira à merveille cette mission kamikaze...

- Lire la suite du Livret d'orientation de Christophe P. - Chapitre 35 -